Agenda

Le Calendrier

Jan
14
dim
Récital Delphine BARDIN piano @ Pôle d'Animation Culturelle
Jan 14 @ 16:00 – 18:00

Programme :

Carl-Philippe Emmanuel Bach: Sonate en ré M W 49-65 (H 177)
-Haydn: Sonate en si b M, Hob XVI:18
               Sonate en mi m, Hob XVI: 34
Entracte
-Haydn: Sonate en Ut M Hob XVI: 50
-Ravel: Menuet sur le nom de Haydn
-Haydn : Sonate en ré M Hob XVI: 51

v

Née à Tours, Delphine Bardin commence le piano à l’âge de cinq ans. Elle est l’élève de Paule Grimaldi, puis de Marie-Claude Equoy, avant d’entrer au CNSM de Paris; elle y obtient les premiers Prix de piano, musique de chambre, accompagnement vocal et accompagnement au piano. Elle étudie ensuite avec Pierre-Laurent Aimard et avec Christian Ivaldi dans le cadre du cycle de perfectionnement.

Lauréate de la Bourse Yvonne Lefébure, puis de la Fondation Natexis Banque populaire, elle est récompensée en 1997 par le Prix Clara Haskil, à Vevey, en Suisse.

Elue « Rising Star » par la Cité de la Musique pour la saison 2001/2002 elle s’est produite en de nombreux engagements en soliste en France, Suisse, Allemagne, au Portugal, au Canada, aux Etats-Unis, la Philharmonie de Cologne, le Wigmore Hall de Londres, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, etc. ainsi qu’au Klavier Festival de la Ruhr, aux journées Mozart – Messiaen à Vevey, Festival de Ste Ursanne…

Elle s’est produite en février 2012 à Boston, et à New York au Carnegie Weill Hall avec sa partenaire Elsa Grether, ainsi qu’au Festival « Aimez-vous Brahms » en Suisse en été 2013.

La musique de chambre tient une place essentielle dans ses activités, et avec la violoncelliste Maryse Castello et le violoniste Arno Madoni, elle a fondé en 2007 le Trio Pilgrim. www.triopilgrim.fr

Elle joue également avec la pianiste Dana Ciocarlie, la flûtiste Sarah Louvion, et la violoncelliste Ophélie Gaillard.

Lauréate du Prix International Pro Musicis en 2009, en duo avec la violoniste Elsa Grether, elle se passionne depuis pour la transmission de la musique auprès d’enfants malades ou défavorisés.

Enregistrements:

  • Schumann et Mozart avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne sous la direction de Jesus Lopez-Cobos, (Claves),
  • Mélodies françaises avec la soprano Hélène Guilmette (Ambroisie),
  • Les 13 Barcarolles de Gabriel Fauré (Alpha, mai 2010), « Diapason d’Or »,
  • Oeuvres de Liszt (2012) pour violoncelle et piano avec Ophélie Gaillard, (Aparté)

Delphine Bardin – extraits de critiques

« Delphine Bardin se situe magnifiquement dans une perspective à la fois intimiste et rêveuse, joue sur les clairs-obscurs sans jamais forcer le trait, elle mène vers l’irréel sans aucune insistance… » Gérard Pangon, Radio Classique, Juin 2010

« Delphine Bardin ou le rêve »,… « Une incomparable fraîcheur et un toucher d’une beauté sonore inouïe. » Jean Cossetto, La Presse (Suisse)

« Une combinaison superbe de dextérité, de fluidité, et d’intelligence de la musique, une soirée glorieuse… » Frederick L. Kirshnit, récital de Delphine Bardin au Carnegie Weill Hall, New York.

« Son monde est la douceur, le mystère, la sensibilité. Elle savoura tendrement les nuances les plus fines du toucher. Elle joua pour commencer la grande sonate de Schubert D 959: très finement et de façon transparente, avec une vélocité perlée, puis les 4 Mazurkas op. 24 de Chopin et les « Valses nobles et sentimentales » de Ravel. Elle leur insuffla une telle légèreté et un tel parfum que son toucher semblait doté d’une évidente apesanteur. » Sonja Eisold, Westfälische Rundschau

« …Le son du piano est royal : sa densité, sa rondeur charnue, sa franchise rayonnent d’une façon extraordinaire, qui donne à entendre les treize barcarolles sous un jour nouveau… Disposant de moyens pianistiques assez exceptionnels, elle réussit à colorer, à ombrer, éclairer les phrases pour les porter à leur point maximum d’intensité. Son jeu subtil trouve un socle dans des basses lisibles et sonores, qui se fondent admirablement, quand il le faut, dans le champ de la main droite. Surtout, elle donne une transparence polyphonique étonnante à ces pièces trop souvent jouées « atmosphériques »: on y entend alors comme un écho des vieilles musiques, des anciennes harmonies que Fauré avait expérimentées chez Niedermeyer… » Alain Lompech, « Diapason « , Mai 2010

« Delphine Bardin dispose de moyens tout à fait adaptés à la nature de l’œuvre. Capable d’une technique et d’une finesse instrumentales assez incroyables, son jeu permet à la musique de Fauré de s’exprimer avec un lyrisme d’une grandeur intime. Chaque scène est abordée avec la même volonté de fraîcheur et d’immersion, sans affectation ni sentimentalisme redondant, ce qui serait contraire à l’esprit qui les anime. » http://www.seek-blog.com/magazine/culture-arts/

« L’interprétation de Delphine Bardin apparaît aussi intensément réfléchie que véritablement instinctive, la musique semblant tomber tout naturellement sous ses doigts. Le toucher est aussi ferme et précis qu’il est raffiné et subtil, les Barcarolles de Delphine Bardin se révèlent être l’un des jalons les plus étincelants de la discographie fauréenne. Elles ne sont certainement pas près de quitter mes pensées sentimentales et mélancoliques. » Audiophile Mélomane, 23 juillet 2010 …

» (…) Delphine Bardin se démarque d’une mode ostentatoire, celle de certains virtuoses de la vitesse dont le grand Leon Fleisher dit que ce sont des acrobates, pas des musiciens. Elle se situe plutôt dans l’esprit des Rubinstein, Lipatti, Arrau, respectueux du tempo original qui seul autorise l’expression profonde de l’inspiration artistique du compositeur (…) L’on redécouvre avec une joie étonnée des mélodies souvent déformées par la précipitation d’interprètes prisonniers de l’exploit physique, qu’impose un public plus fasciné par le spectacle visuel que par la musique pure ». Pro Musicis, Janvier 2011.

Le Coin du Musicien: « Éblouissante et émouvante Delphine Bardin, Lauréate en 1997 du Concours Clara Haskil ! Fondé en 1963, le concours honore et perpétue la mémoire de la fabuleuse pianiste. Le Jury décerne un seul Prix, qui ne peut être partagé. En 1997, le président de ce Jury n’était autre que Michel Dalberto. Plus de 100 candidats se présentent. En quart de finale ils ne sont plus qu’une petite quinzaine, puis ce sont les demi-finales, et enfin quatre participent à la finale qui se déroule en public. En 1997, le Prix a été décerné à Delphine Bardin qui a interprété en public le 17ème concerto pour piano K453 accompagné par l’orchestre de chambre de Lausanne, sous la direction de Jesus Lopez Cobos. Fraîcheur ! Voilà le mot que je cherchais depuis un moment, fraîcheur et spontanéité (…). Grâce, délicatesse et maturité ! »

Fév
4
dim
Récital de la pianiste Olga VALIENTE RALUY musiques sud-américaines. Première partie par les percussions du CRD @ Pôle d'Animation Culturelle
Fév 4 @ 16:00 – 18:00

                       P R O G R A M M E   D E   C O N C E R T

Alejandro GARCIA-CATURLA  (1906-1940) – CUBA    

Berceuse Campesina

          

George GERSHWIN (1898-1937) – ETATS-UNIS  –

Préludes

  1. Allegro ben ritmato

  2. Andante con moto

  3. Agitato

Manuel PONCE – (1882-1948) – MEXIQUE  

 Intermezzo

 Danses Mexicaines

Alberto GINASTERA – (1916-1983) – ARGENTINE       Milonga

Pequeña Danza du ballet « Estancia »

 

Oscar LORENZO-FERNANDEZ-(1897-1948) – BRESIL

 Suite Brésilienne No.2

 Ponteio(Prélude)                                                                                                                Moda(Chanson)                                                                                                  Caterête(Danse)

 Gerardo GUEVARA – (1930-     ) – EQUATEUR

El espantapajaros

Fiesta

 Federico RUIZ – (1948-     ) – VENEZUELA

 Tu presencia

 Merengue

Ernesto LECUONA – (1896-1963) – CUBA

Danses Cubaines

A la Antigua

La Comparsa

En tres por cuatro

Durée du concert : 80 minutes plus entracte.
En première partie, les percussions du Conservatoire à Rayonnement Départemental (30 minutes)

Pianiste et professeur cubaine. Master of Arts – 1982 (concertiste, professeur et pianiste- accompagnateur) avec un diplôme d’excellence du Conservatoire Tchaïkovski  de Moscou et du Conservatoire « A. Roldán » à  Cuba.

Des concerts à Cuba, Moscou, des pays de L’Amérique Latine, en Martinique, la France Métropolitaine, et les départements français d’outremer, la Belgique et l’Espagne témoignent de sa carrière. Elle a intégré  des ensembles de musique de chambre avec des musiciens  de renom. De 1982 à 2003, elle a participé aux Festivals  de Musique Contemporaine de La Havane, en faisant pour la première fois des œuvres de compositeurs cubains et latino-américains.

Son expérience dans la pédagogie musicale et plus précisément, dans l’enseignement du piano, ont fait d’elle une des spécialistes indispensables de la seconde moitié du XXème siècle à Cuba. Avec 31 années de travail à Cuba et douze en Martinique, plusieurs de ses élèves ont été lauréats dans différents concours, et elle-même a reçu différentes distinctions.

En Martinique depuis 2003, elle a conçu un projet global de compilation, recensement et  diffusion de la musique des  Amériques et l’importance de leur insertion dans l’enseignement de la musique, à travers différentes actions: la recherche du matériel,  des concerts, l’enregistrement de CDs, la participation dans des conférences et  des ateliers internationaux, l’utilisation de ce répertoire dans les programmes d’étude et des compétitions régionales.

Actuellement elle se consacre entièrement à ses recherches et poursuit son programme de concerts, de conférences, de conférences -illustrée, la préparation d’un deuxième CD du «Le Piano aux Amériques» et diverses manifestations internationales prévues. Elle vient de participer en tant que jury au Premier Concours National « Piano Latino-Américain » à San José, Costa Rica, où elle a offert un concert et des master-classes.

« Quand vous écoutez Olga Valiente interpréter la musique du continent américain, vous avez la certitude d’écouter un vieil ami. Cela est dû à l’intimité avec laquelle la pianiste aborde le répertoire de cette partie du monde. Dans celui-ci, il n’y a aucun spectacle de virtuosité et pourtant il a une technique impeccable. Elle ne pèche pas d’excès, mais quand son feu d’artifice explose, elle nous éblouit de sa lumière. Ce sont quelques-uns des secrets d’une artiste sur un disque où elle devient l’ambassadrice de notre seule Amérique.  »  Juan Piñera

À chaque concert, elle révèle un univers sonore métissé. Ce sont des mélodies qui se déplacent d’une région à l’autre en découvrant l’immensité de notre Amérique. Avec son piano, elle démontre la richesse de sa sève et dessine une communauté fraternelle de peuples semblables dans la forme et le style, mais de couleur et de langage différents. La pianiste cubaine Olga Valiente se lance dans une aventure qui l’excite et l’amuse sans aucun doute. Avec son projet, elle légitime une tradition qui lui appartient par le design et qui fait d’elle une porteuse active de l’héritage musical américain. Elle est l’ambassadrice par excellence des essences merveilleuses et multiples du pianisme de ce grand continent.

Fév
18
dim
Trio Aréthuse de Lyon : piano (Roger SALA), violon (Raphaëlle LECLERC), violoncelle (Nicolas HARTMANN) @ Pôle d'Animation culturelle
Fév 18 @ 16:00 – 18:00

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Programme

Beethoven : Trio en mi bémol maj op 1 n° 1

Allegro
Adagio cantabile
Scherzo
Presto

Schubert :  Trio en si bémol maj op 99

Allegro moderato
Andante un poco mosso
Scherzo
Allegro vivace

Roger SALA

Roger Sala débute ses études musicales au Conservatoire de Région d’Avignon où il remporte les médailles d’or de piano et de musique de chambre. Il poursuit ses études au CNSM de Lyon dans la classe de Carlos Roque Alsina où il obtient son prix avec mention Très Bien et félicitations du jury.
Il participe à de nombreuses master class auprès de grands interprètes comme Paul Badura Skoda, Menahen Pressler, Gorg Demus, François-René Duchable, Tamas Vasary…
Il entame une carrière de soliste et joue notamment avec l’Orchestre de Radio France (concert enregistré sur France Musique) ou encore avec les Chœurs de la Chapelle Royale (concert au théâtre des Champs Elysées) sous la direction de Philippe Herreweghe. Il se produit également en musique de chambre (formation sonate, trio, 2 pianos) en France dans divers festivals et à l’étranger (Italie, Allemagne, Israël …)
Il est actuellement pianiste accompagnateur au CNSM de Lyon (classes de Jean-Marc Phillips et Marianne Piketti). Il est également sollicité à l’Opéra de Lyon, à l’Orchestre National de Lyon ainsi que dans plusieurs académies et concours internationaux.
Il se consacre également au répertoire contemporain et s’est produit pour le Grame (centre de création musicale) dans le cadre du festival “musiques en scène” .
Il est depuis Septembre 2010 Professeur au Conservatoire de Région de Lyon.

Raphaëlle LECLERC
Violoniste et chambriste, Raphaëlle Leclerc partage sa carrière entre
l’orchestre, la musique de chambre et l’enseignement.

Originaire de Rouen, elle étudie à Paris avec Florin Szigeti et Marie-
Claude Theuveny, puis avec Robert Zimansky au Conservatoire Supérieur de Genève où elle obtient son Prix de Virtuosité en 1998.
Parallèlement elle se perfectionne lors de masterclass avec Alain Moglia,
Boris Garlitsky et Maya Glezarova.
Très attirée par la musique de chambre, elle participe à de nombreux concerts
au sein de l’ensemble à géométrie variable les Solistes de Genève avec lequel
elle se produit en compagnie d’artistes tels que Rainer Kussmaul, J.P Wallez,
Janos Starker, Maxence Larrieu, Valery Oïstrach dans des tounées en Suisse,
Allemagne, Espagne et Turquie.
Elle fait partie du Trio Alma (trio à cordes) .
Raphaëlle Leclerc est également régulièrement sollicitée pour jouer au sein
de l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre National de Lyon,
l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et l’Orchestre d’Auvergne . Avec ces orchestres elle a pu participer à des tournées en Chine, au Japon, aux Etats-Unis et jouer sous la direction de chefs prestigieux ; Kiril Petrenko, Emmanuel Krivine, Youri Temirkanov, Marek Janovski, Alan Gilbert…

Nicolas HARTMANN étudie le violoncelle auprès de André Navarra et de Philippe Müller au CNSM de Paris où il obtient en 1981 un premier prix de violoncelle et de musique de chambre.

Il se perfectionne ensuite au conservatoire de Genève dans la classe de Guy Fallot et obtient un prix de virtuosité en 1983. Il suit des master class auprès de Pierre Fournier, de János Starker et de Boris Pergamenschikow. En 1986, il est lauréat du concours international Maria Canals à Barcelone.
Il devient successivement violoncelle solo du Musikkollegium Winterthur (de 1987 à 1988), de l’Orchestre des Pays de Savoie (1989 à 1992), de l’Orchestre de chambre de Genève (1989 à 1991) et depuis 1992, il occupe le poste de violoncelle solo de l’Orchestre National de Lyon.

Il a joué en tant que soliste sous les baguettes d’Emmanuel Krivine, David Robertson, Tibor Varga, Franz Welser-Möst… Passionné de musique de chambre, il a eu pour partenaire Emmanuel Ax, Eric le Sage, Emmanuel Pahud, Renaud Capuçon, Boris Garlitsky, le quatuor Debussy… Il participe régulièrement au festival de Bombay et donne chaque année depuis 2003 des cours à Yokohama dans le cadre des Music Master Classes in Japan, dirigées par Alan Gilbert et Jennifer Gilbert.

Attiré par le répertoire sur instruments d’époque, il a collaboré avec Christophe Coin, Marcel Ponseele, Jan de Winne et participe depuis 2004 en tant que violoncelle solo aux concerts de la Chambre Philharmonique avec Emmanuel Krivine.

Il a enseigné aux stages des Arcs (1996 à 2000), de Gargilesse (2000 à 2005) et a été professeur assistant au CNSM de Lyon de 1995 à 2000. Depuis 2001, il encadre le pupitre de violoncelle à l’Orchestre Français de Jeunes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mar
4
dim
Récital Marie Martine BOLLMANN piano / Mark DROBINSKY violoncelle @ Pôle d'Animation Culturelle
Mar 4 @ 17:00 – 19:00

Programme :

Fantaisiestuecke opus 73 de Robert SCHUMANN

            – Zart und mit Ausdruck

            -Lebhaft,leicht

            -Rasch und mit Feue

4 pièces de Serge RACHMANINOV

            – Vocalise

            – Elégie

            – Sérénade

            – Polka

PAUSE

 Sonate en la majeur de César FRANCK

            -Allegretto ben moderato

            -Allegro

            -Recitativo-Fantasia

            -Allegretto poco mosso

 

Après des études au Conservatoire National de Région de Bordeaux, Marie-Martine Bollmann obtient le diplôme Supérieur d’Exécution à l’Ecole Normale de Musique de Paris en 1982 dans la classe de Serge Petitgirard.Elle suit des cours de perfectionnement au Mozarteum de Salzburg ainsi qu’à l’Accademia Chigiana à Siena et à la Musikhochschule de Freiburg.

Marie-Martine Bollmann a créé un Duo Flute-Piano en 1996 avec Jacques Libouban, 1ère flute-solo de l’Orchestre National Bordeaux-Aquitaine. Concerts en Aquitaine,notamment au Festival Musique au coeur du Médoc,au Musée des Beaux-Arts,dans les Foyers de l’Opéra de Bordeaux.

Marie-Martine Bollmann se produit régulièrementavec Cécile Berry,1er alto-solo de l’Orchestre National Bordeaux-Aquitaine et avec la cantatrice A.Pflug-Herdrich,concerts en Allemagne et en piano 4 mains avec Jacques Butaye(oeuvres originales,jazz et classique,en région cote d’Azur).

Récital chant-piano avec le ténor australien JULIAN GAVIN au château de MALLERET(Médoc)en septembre 2009.

Concerts en Europe (Allemagne, Portugal, Italie), et tournées aux Emirats Arabes Unis(Dubai et Abu Dhabi en 2002 et 2004).

Marie-Martine se produit également avec le violoncelliste russe Mark Drobinsky,ancien élève de M.Rostroprovitch) et avec le violoniste Valery Oistrakh,petit-fils de David Oistrakh.

Concerts avec le Quatuor FAURE de Paris (Festival Grains d’Automne Académie J.S.BACH,Festival des Jeudis Musicaux de Royan)et avec les « Symphonistes d’Aquitaine ».

Mark Drobinsky

Violoncelliste français, ancien élève de Mstislav Rostropovich au Conservatoire de Moscou.  Il gagne le premier prix du concours international de Munich et devient professeur à l’Institut Gnessine à Moscou.
Né à Bakou, il quitte l’URSS en 1974 et s’établit à Paris. Les critiques sont unanimes à reconnaître en lui l’un des maîtres du violoncelle.
Tout en dominant le répertoire classique, il est passionné  et ardent défenseur de la musique de notre siècle: H. Dutilleux, S. Gubajdullina, A. Rabinovitch, H. Sauguet, J. Dorfman, A. Schnittke, F. Kaufman
Il a joué sous baguette de chefs d’orchestre prestigieux comme : Valery Gergiev, Saulius Sondetskiss, Eduardo Mata, Charles Dutoit, Alexandre Rabinovich, Arnold Katz, Dmitri Liss, Maxime Schostakovitch etc…
De très nombreux enregistrements, de Milhaud, Saint-Saëns, Chostakovitch et Veinberg ont été faits avec les Orchestres de la Radio Suédoise et du Symphonique d’Ekaterinbourg.
Avec Alexandre Rabinovitch, Il a enregistré les Variations de Beethoven
Son CD, la Sonate d’Adolf Biarent, a reçu le prix  Top Prize Winner au MIDEM (Cannes) en 2003.
Avec Martha Argherich, il enregistre trois CD  en 2003,  2004 et 2006.
Depuis 2001 il participe au Festival de Martha Argherich à Lugano, et en 2002 au Festival Martha Argherich de Buenos Aires.
Durant 2006 et 2007, il a participé à de nombreuses tournées en Allemagne, Belgique, Espagne, France, Pologne, Italie, Russie et Suisse avec divers orchestres et  a donné de nombreux concerts avec des solistes prestigieux tels que :Martha Argerich, Renaud Capuçon, Ivry Guitlis, Alexandre Rabinovitch, Dora Schwarzberg, Lilya Zilberstein etc.
En 2008 sa tournée au Japon a été un très grand succès et tout en préparant celle en  Nouvelle Zelande, il poursuit ses nombreux concerts en France avec différents orchestres des pays de l’est.
Mark Drobinsky joue sur un violoncelle italien  fait en 1748 par Carlo Antonio Testore.